• François NICOLAIE

Allègement des véhicules électriques? Une nécessité.

Mis à jour : 30 avr. 2020

Nous vivons actuellement une révolution en matière de transport. Sous la pression des medias et des différents états soucieux de lutter contre les emissions polluantes et à effet de serre, le sort des moteurs à combustion interne semble définitivement scellé, du moins dans les pays occidentaux et à haut niveau de vie.


Les conclusions alarmistes des auspices du GIEC et des autres organisations gouvernementales et ONG poussent l'ensemble des constructeur vers l'electrification des véhicules de transport, bon gré mal gré, et ceci avec une vitesse qui est peut-être de la précipitation. Pourtant, cette solution n'est probablement pas miraculeuse et amène à se poser de nombreuses questions:

  • Est-ce que dans l'état le véhicule électrique est compétitif par rapport au véhicule à énergie fossile?


  • Est-ce que dans l'équation on considère qu'il faut bien produire et stocker l'energie électrique en transformant et consommant des énergies fossiles?

  • Est-ce que le rendement global d'une motorisation électrique est similaire à une motorisation à énergie fossile?

  • Est-ce que le coût de ces véhicules ne va pas créer à terme une forte discrimination économique entre ceux qui ont les moyens de s'acheter un véhicule électrique et de faire peu de kilomètre quotidiennement et ceux qui doivent parcourir des distances importantes et sont contraints de conserver des véhicules conventionnels?

  • Est-ce que ces ressources seront équitablement utilisées et réparties pour ne pas créer des casus belli ?


Je pense que personne n'est capable de répondre précisément à cette question. Par contre, on peut imaginer que les futurs véhicules électriques devront impérativement être beaucoup plus efficaces et devront avoir une autonomie et un coût de production comparables aux véhicules conventionnels, sous peine d'assister rapidement à un plafonnement des ventes. Cette efficacité passera nécessairement par un allégement très agressif des véhicules et du système de propulsion. Et c'est là que le choix optimisé de matériaux à hautes caractéristiques spécifiques (rapport des propriétés mécaniques par la densité) devient fondamental. Notamment sur les organes de transmission, les carters et les systèmes de sécurité passive.


L'allègement des transmissions impliquera de traiter des problèmes de caractéristiques des aciers et alliages d'aluminium, de résistance à la pression de contact, de réduction des frottements. Rapidement, se posera un autre problème. La disponibilité des matériaux à hautes performances électriques et magnétiques et la dépendance stratégique envers certains pays ou compagnies possédant ces matériaux.


Autant de thèmes qui nécessiteront de faire évoluer assez fortement les choix technologiques conventionnels.

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Traiter un problème de frottement.

Les problèmes de tribologie et de frottement en général sont presque toujours les plus complexes à traiter. Ceci provient du fait que le comportement au frottement d'un ou plusieurs corps dépend d'un

De l'importance du choix des matériaux.

Quel que soit le projet, le choix des matériaux, traitements et procédés à employer a toujours un impact important sur: Les caractéristiques des composants ou des systèmes produits Le coût de producti

Réflexions sur le développement matériaux et procédés.

Depuis très longtemps, dans toutes les applications où la performance s'exprime par l'utilisation de matériaux hyper-performants je suis confronté à un paradoxe intéressant. D'un côté, les concepteurs